VinSurVin Fait Salon!

AFFICHE SALON 2.0Pour la deuxième année consécutive, et après le succès de la première édition de VinSurVin Fait Salon, il eut été ballot de ne pas remettre le couvert. Succès, mais bonheur aussi: celui de rassembler une petite douzaine de vignerons respectueux de l’environnement et créateurs de vins audacieux. Venez les rencontrer les 16 et 17 novembre dans un lieu magique, la péniche le Marcounet, en plein cœur du Paris historique.

_______________________________________________________________________________

11 vignerons, des dizaines de vins vivants et modernes, dans un lieu magique!

Du vin! Les salons des vins sont pléthores en France? Et bien c’est tant mieux! Dans un pays qui place le chardonnay à Bordeaux, qui boit du liquoreux avec du foie gras et qui pense qu’on fait du rosé en mélangeant vin rouge et vin blanc, les salons sont, avant tout, des lieux de culture, de découverte et d’apprentissage. Des lieux d’échanges et de rencontres aussi. S’informer sur sa propre culture, sa propre identité, au grand désarroi des hygiénistes qui ne voient dans le vin que du mal et de l’alcool, voilà d’abord la finalité d’un salon. De mon salon. Voilà, ça c’est fait.

LPM. Lieu à place limitée oblige, je n’ai pu, comme l’année dernière, inviter qu’une petite douzaine de vignerons. Mais quels vignerons! Vous comprendrez après avoir dégusté les Bergerac intransigeants et insolents de Mathias et Camille Marquet, les Pomerol profonds et libertaires de Gombaude-Guillot, les Chablis kimméridgiens et magistraux (oui, oui, ça existe) de D.E Defaix ou encore les ardéchois lunaires et intellos de Benoît Chazallon, pour ne citer que ces quatre là. Car, c’est ce à quoi je vous invite les 16 et 17 novembre prochains, redécouvrir vos sens, refaire connaissance avec le vin, réveiller en vous la soif de vins propres, audacieux et précurseurs.

Les invités.

Clos Milan: comme le dit la formule “on ne présente plus Henri Milan”. Le Papillon Rouge, le Clos, Le Grand Blanc sont autant de cuvées qui raisonnent comme les romans de John Le Carré (John La Carrée?). Avec l’accent de Saint-Rémy de Provence en prime. Demandez aussi la cuvée sans soufre: une base.

Château Lestignac: je vous en parlais à l’instant: “les vins intransigeants et insolents”. Ces deux là déclinent à Bergerac le merlot Nature comme rares. Demandez “de terre et d’esprit” ou “va te faire boire”. Je vous rembourse votre entrée si ça ne vous plaît pas.

À Pomerol, Château Gombaude-Guillot se bat pour œuvrer pour et avec la nature, dans un environnement encore enclin à l’emploi de méthodes polluantes. Mais, cela ne suffit pas pour faire des bons vins. Et quiconque a entre les mains un verre de Gombaude-Guillot est un homme chanceux, croyez-moi. Et je ne vous ai pas parlé de Clos Plince…

Domaine de la Milière: fini les Châteauneuf du Pape de camionneurs. Place à la finesse et à l’esprit. Les vins de Michel Arnaud, homme soigneux, patient et proche de la nature, se révèlent dans le temps. Et goutez son blanc: une infusion parfumée et bienfaitrice.

Domaine de Casenove. En Côtes Catalanes, Les Clares est un blanc légèrement oxydatif dont je raffole. Passionné de terroir, Étienne Montès a le dont de le révéler à travers ses vins. Pla del Rei est à ne pas rater non plus.

Originaire de Chablis, homme imposant et généreux, Daniel-Étienne Defaix s’est précipité à Paris en 2007 pour se rendre à mon 2ème TupperWine. Depuis, nous nous sommes pacsés, mariés À son contact, vous ferez plus que déguster des chardonnays de l’Yonne, vous pénétrerez dans l’antre de Chablis, un terroir complexe, historique et extra-terrestre.

C’est un peu la surprise de ce salon, la présence d’un vigneron français qui travaille ses vignes et élaborent ses vins… au Liban. J’ai redégusté il y a peu, avec Sébastien Khoury, leur auteur, les vins du Domaine de Baal et vous faire le coup du “voyage en Orient” ne serait finalement pas si usurpé!

À Grospierres, en Ardèche, un jeune vigneron fou et passionné tire la quintessence de ses sols et de ses vignes pour faire des vins qui défient les antagonismes car profonds et astraux, fins et amples, ensoleillés mais plein de fraicheur. Ne manquez pas Benoît Chazallon du Château de la Selve, le samedi. Il repart le dimanche. Snif.

Mikaël Bouges fait bouger les lignes en Loire. Ses 100% malbecs (ou côts) sont de véritables créations artisanales. Artistiques même. L’homme est humble, ses vins un brin mystérieux et amplis d’une force qu’ils puisent dans ce fleuve qui leur est Cher.

Jean-Luc Bernard est architecte. Pas étonnant que le jeune vigneron de Vaison-La-Romaine dessine à la Deuxième Tour des 100% grenache sans soufre avec précision et vision. Des matières façonnées pour boire avec les copains mais qui s’inscrivent aussi dans le temps.

Xavier Marchais. C’est le petit dernier de la famille! Dans l’Anjou, son crédo à lui: “faire un travail d’artiste sur une faible surface avec des rendements maîtrisés le plus manuellement possible”. Xavier travaille non seulement en biodynamie mais aussi avec son cheval, qu’il garera derrière la péniche.

VinSurVin Fait Salon
PENICHE LE MARCOUNET, PONT MARIE,
40 Quai de l’hôtel de ville, Paris 4,
Samedi: 10H00-20h00
Dimanche: 10h00-18h00
Entrée: 10€
Dégustation et vente sur place – petite restauration